Aller au contenu principal

Des cartes pour prendre conscience et reconnaître ses symptômes

cartes_symptomes_site.jpg

Des cartes symptômes créées par Léa Thilliez, art-thérapeute alors en poste à l’UHSA (Unité Hospitalière Spécialement Aménagée) au CHU de Lille, viennent d’être relookées par la Direction de la communication de l’EPSM Lille-Métropole. Utilisées actuellement en test dans les structures de soins du pôle Tourquennois, elles permettent aux patients de mettre des mots sur leurs maux.

Ces cartes sont évocatrices de situations, grâce à des pictogrammes reconnus par le patient, avec pour objectif de les caractériser en symptôme. Le Dr Lambrichts, de l’EPSM Lille-Métropole, a découvert ces cartes sur le stand de l’UHSA lors d’une journée sur l’Education Thérapeutique du Patient (ETP) organisée dans l’établissement en 2017. Lorsque le Dr Suisse a rejoint en 2018 le pôle tourquennois, celle-ci a proposé de mettre à disposition cet outil d’éducation thérapeutique, basé sur la connaissance des symptômes. Le jeu initial comportait 3x45 cartes en fonction de l’intensité des symptômes (faible, moyenne ou forte intensité). L’outil de l’UHSA a été reconnu par l’ARS Hauts-de-France. Le pôle a retenu les 31 cartes les plus évocatrices parmi celles de forte intensité et dispose de l’autorisation de l’auteur de les utiliser. Ces cartes ont été relookées tout en conservant le graphisme et leur numéro afin de les distinguer de l’outil initial. Il a été mis en forme par Marine Petit, ingénieure stagiaire en sciences cognitives.

seance-carte-symptome-Tourcoing_site.jpg
Valérie Vermeersch et Cristina Mastrangelo, les médiateurs de santé pairs du pôle tourquennois

Prendre conscience de la maladie

Au sein du pôle tourquennois, le jeu de cartes symptômes est repris dans un « module » destiné à faire prendre conscience de la maladie aux patient, c’est un outil « insight ». C’est-à-dire un outil qui travaille la conscience du trouble mental, de la nécessité de prendre un traitement et des répercutions sociales du désordre ciblées sur la stigmatisation et ses conséquences. Au sein d’un module appelé « conscience en soi », quatre séances correspondent chacune à une habileté. Les deux médiateurs de santé pairs du pôle tourquennois Cristina Mastrangelo et Valérie Vermeersch, formés à l’ETP animent les séances en collaboration avec un patient expert.

Ce module peut s’adresser à tout patient sorti de crise. L’outil permet d’orienter la personne dans son parcours de soins vers des modules d’éducation thérapeutique. Il peut être utilisé à partir de 16 ans en service de psychiatrie adultes

Actuellement le pôle expérimente ces supports dont le module est en cours de finalisation. Il sera la propriété de l’EPSM Lille-Métropole et soumis à l’agrément de l’ARS Hauts-de-France.

Qu’est-ce-que l’Education Thérapeutique du Patient ?

L’ETP permet au patient d’obtenir une meilleure gestion de sa maladie et de son traitement, d’améliorer sa santé, mais aussi sa qualité de vie et celle de son entourage. Des programmes à destination des patients stabilisés sont proposés à l’EPSM Lille-Métropole pour leur permettre de développer leur autonomie de façon à les rendre capable d’adapter leur comportement à une situation particulière, mais aussi de limiter la progression de la maladie et d’éviter la survenue de complications par l’acquisition de compétences.